Rechercher dans ce blog

mardi 21 mai 2019

Rencontre avec Vincent Bernière
Mercredi 22 mai à 19h

Vincent Bernière est éditeur de la revue Les Cahiers de la BD, publication emblématique du 9ème art, qu'il a relancée en 2017. Il viendra nous parler du roman graphique.
Will Eisner en a inventé le vocable, Art Spiegelman l'a éditorialisé et Marjane Satrapi popularisé. Le "graphic novel" a envahi les étals des librairies, de New York à Londres en passant par Paris, renouvelant pour un temps le lectorat de la bande dessinée. Mais quelle acception recouvre-t-il exactement ? Le roman graphique : fausse bonne idée, produit marketing ou vrai objet littéraire ?


samedi 11 mai 2019

Boule de feu

Anouk Ricard et Etienne Chaize

éditions 2024


Fernando est chargé par le mage Pueblo de dénicher le mystérieux sage Patrix en exil dans le monde des hommes. Il est le seul à pouvoir sauver le village des terribles maruflans.
Etienne Chaize a fourni des décors flamboyants à Anouk Ricard qui y a installé ses personnages pour raconter cette fresque d'heroic fantasy absurde et hilarante qui respecte néanmoins tous les codes du genre.
Une collaboration réussie !


samedi 4 mai 2019

Les rencontres du mois de mai 2019


Jeudi 09 mai 2019 à 18h
Rencontre avec
Annelise Heurtier
autour de son livre
La fille d’Avril
(éditions Casterman Jeunesse)


Comme pour la plupart des jeunes filles dans les années 1960, l’avenir de Catherine est tout tracé : se marier, avoir des enfants, puis s’en occuper le plus clair de son temps. Un jour, elle est contrainte de rentrer du collège en courant. C’est une révélation : quel sentiment de force, de liberté ! Mais courir, surtout pour une femme, est une chose alors impensable. Pourtant Catherine s’interroge, rêve d’une vie différente, s’entête… Jusqu’où sa détermination la mènera-t-elle ? À travers le parcours d’une adolescente déterminée, une plongée fascinante dans les années 60.

Annelise Heurtier est née en 1979 dans la région lyonnaise. Elle écrit pour des publics variés, des premières lectures jusqu’aux romans pour adolescents. Souvent inspirés de faits réels, ses textes sont autant de prétextes au voyage et à la découverte de cultures, de parcours de vies singuliers.


Mercredi 22 mai 2019 à 19h
Rencontre avec
Vincent Bernière
éditeur de la revue
Les Cahiers de la BD
autour de la question
Le roman graphique est-il à la mode ?




Les Cahiers de la BD sont nés en 1969, à l'initiative d'un adolescent d'une quinzaine d'année, un certain Jacques Glénat. Le magazine à l'époque intitulé Schtroumpf relevait davantage du fanzine. Il s'est par la suite étoffé, est devenu Schtroumpf : les Cahiers de la bande dessinée, puis fut renommé Les Cahiers de la bande dessinée en 1984. A cette époque, Thierry Groensteen reprend la rédaction en chef du magazine. En 1988, c'est Numa Saoul qui en reprend le flambeau. La revue paraît jusqu'en 1990 et s'endort... jusqu'à aujourd'hui !

Vincent Bernière est éditeur de la revue Les Cahiers de la BD, publication emblématique du 9ème art, qu'il a relancé en 2017. Il viendra nous parler du roman graphique.
Will Eisner en a inventé le vocable, Art Spiegelman l'a éditorialisé et Marjane Satrapi popularisé. Le "graphic novel" a envahi les étals des librairies, de New York à Londres en passant par Paris, renouvelant pour un temps le lectorat de la bande dessinée. Mais quelle acception recouvre-t-il exactement ? Le roman graphique : fausse bonne idée, produit marketing ou vrai objet littéraire ?

vendredi 26 avril 2019

Open bar de Fabcaro

Éditions Delcourt

collection Pataquès

  

Le nouveau Fabcaro est sorti !
Il s'agit d'un recueil de strips drôles, féroces, absurdes. 

Du Fabcaro au sommet de son art.


mercredi 24 avril 2019

Mer blanche de Roy Jacobsen, 
Editions Gallimard, 
Collection Du Monde Entier


Le temps a passé sur l’île Barrøy, en Norvège. Elle est maintenant désertée depuis plusieurs années, la famille est dispersée mais Ingrid décide d’y retourner, même seule.
Elle ne le restera pas longtemps car le naufrage d’un navire allemand charriant à son bord en grand nombre de prisonniers russes va lui apporter de la compagnie.
Roy Jacobsen écrit l’irruption violente de l’Histoire dans ce territoire que l’on pensait hors du temps, il décrit aussi la trajectoire de femmes fortes qui souffrent et qui aiment.


samedi 20 avril 2019

Joyeuses Pâques




Ce week-end, la librairie L'Usage du monde est ouverte samedi de 10h à 20h et dimanche de 10h30 à 13h.
La librairie sera en revanche fermée lundi 22 avril 2019.
Joyeuses Pâques !

mercredi 17 avril 2019

Rencontrez Valérie Zenatti à L'Usage du Monde

Mercredi 17 avril 2019 à 19h
Rencontre avec
Valérie Zenatti
autour de son livre
Dans le faisceau des vivants
(éditions de l’Olivier)

dans le faisceau des vivants.jpgvalerie_zenatti.jpg


Leur relation n’était pas seulement celle d’un romancier et de sa traductrice, c’était aussi celle de deux amis qui se parlaient sans cesse.
De quoi parlaient-ils ? D’écriture, de langues, d’amour, d’animalité, d’enfance. De la terreur d’être traqué.
Ils partageaient également quelques silences.
Lorsqu’il disparaît en janvier 2018, la jeune femme ne peut se résoudre à perdre cette voix dont l’écho résonne si puissamment en elle. Après un temps de sidération, elle cherche à la retrouver, par tous les moyens. Sa quête la conduira jusqu’en Ukraine, à Czernowitz, la ville natale de l’écrivain. Il pourra alors prendre sa place, dans le faisceau des vivants.

Aharon Appelfeld était l’un des grands écrivains de notre temps.
Valérie Zenatti a traduit la plupart de ses livres, d’ Histoire d’une vie (prix Médicis étranger 2004) jusqu’à Des jours d’une stupéfiante clarté, son dernier roman paru en France.
Scénariste et écrivain, elle est l’auteure de livres destinés à la jeunesse (Une bouteille dans la mer de Gaza) et de plusieurs romans dont Jacob, Jacob (L’Olivier, 2014), couronné par le prix du Livre Inter et traduit dans quinze langues.

samedi 13 avril 2019

Posy Simmonds

Cassandra Darke

Éditions Denoël Graphic


Cassandra Darke mène sa vie comme elle l’entend, elle ne se laisse impressionnée par personne. Elle n’a pas beaucoup d’estime pour ses contemporains, qui n’en méritent pas tellement. Galeriste, elle arnaque ses clients inconséquents ce qui la mène au tribunal où elle perd tout : son statut social, son argent puis elle se trouve mêlée à une sombre histoire de meurtre.
Dans ce nouvel album, Posy Simmonds dépeint avec talent les lâchetés et les hypocrisies de la société anglaise, avec ce personnage intransigeant, flamboyant et drôle.

 


samedi 30 mars 2019


Le retour à la terre

tome 6 : les métamorphoses

Manu Larcenet et Jean-Yves Ferri

éditions Dargaud


 

Dix ans que nous n’avions plus de nouvelles de Larssinet et Mariette aux Ravenelles. Ils n’ont toujours pas déballés leurs cartons, Speed a eu des chatons qui trainent partout et Mme Mortemont s’est mise aux réseaux sociaux !
 Ce sixième volume du retour à la terre est une réussite ainsi qu'un grand plaisir de lecture.

mercredi 27 mars 2019

Jeudi 28 mars 2019 à 19h
Rencontre avec
Alexis Jenni
autour de son livre
Prendre la parole
(éditions du Sonneur)

Jennicouvsite-e1548172136721.jpg          jenni.jpg

Dans le cadre du "Parcours des librairies" du Festival Raccords, la Librairie L'Usage du Monde accueille les Éditions du sonneur et invite Martine Laval à présenter la collection qu'elle dirige « Ce que la vie signifie pour moi », avec Alexis Jenni, dont le texte Prendre la parole, vient de paraître dans la collection.

Récit d’un apprentissage, d’un dépassement de soi ou hymne aux mots, et donc à la littérature ? Évidemment, le tout ensemble, intimement et magnifiquement lié. Pour la première fois, Alexis Jenni dit avec une sincérité émouvante ce que la vie signifie pour lui : oser apprivoiser la parole lui, qui enfant, « fut muet, puis bègue, puis embarrassé ». Le romancier et essayiste se donne tout entier à un jeu de cache-cache avec lui-même, dans une recherche non pas de la vérité mais de sa vérité.
Dans une belle énergie, avec l’art de mettre en littérature les émotions les plus infimes, il fouille, creuse, se remémore, s’interroge, appelle d’autres à la rescousse, Camille Desmoulins, Sebastião Salgado, Alain Cuny ; aussi quelques écrivains, Denis Diderot, Valère Novarina, Marcel Proust.
Il raconte la solitude, la honte, la douleur physique, le rouge aux joues et le souffle trop court jusqu’à l’étouffement. Il raconte l’inquiétude sinon l’angoisse de prendre la parole, de prendre place dans le monde des humains. Alexis Jenni lutte contre le silence et s’arme de désir : « L’écriture est la revanche des muets, des bègues et des maladroits ». L’écriture, pour lui synonyme de patience et de labeur, nait de la parole vivante. Elle est une vie commune, un partage.

Alexis Jenni est né en 1963 à Lyon, où il a enseigné les sciences de la vie et de la terre. Son premier roman, L’Art français de la guerre (Gallimard), a été couronné par le prix Goncourt en 2011. Romancier et essayiste, il poursuit une œuvre dans laquelle imaginaire et pensée se nourrissent l’un de l’autre.

La 6e édition du Festival Raccord(s) aura lieu à Paris et en Île-de-France de mars à mai 2019 avec un temps fort du mercredi 10 au dimanche 14 avril 2019.
Né à l’initiative des Éditeurs associés et organisé en partenariat avec une quinzaine d'éditeurs indépendants, le festival Raccord(s) fête le livre et invite le public à découvrir les ouvrages sous un angle singulier dans les librairies, bibliothèques, musées, jardins, centres culturels, cafés, restaurants, ateliers, salles de cinéma, de théâtre, de spectacle, etc.
Mêlant toutes les littératures aux sciences, à la photographie, à la comédie musicale, à l’art culinaire, à l’histoire de l’art, aux questions sociales, à la composition musicale… le festival ne s’interdit rien, décloisonne les disciplines et les savoirs, pour regarder et entendre les œuvres autrement.